17/09/2010

(suite)

20e-21e siècles

France

amiante

Delattre Bernard, France / Un pays rongé par le fléau de l’amiante, LB 13/01/05

Le bilan attendu d’ici vingt ans est effarant : 100 000 morts au minimum.

Le site parisen de Jussieu avec les universités de Paris VI et Paris VII, soit 50.000 étudiants, est contaminé par l’amiante.

A ce jour, une centaine de personnes y ayant travaillé ont développé des maladies liées à l’asbeste, et une dizaine en sont décédées. (…)

Alors que des milliers d’étudiants, de checheurs et de professseurs ont dû être déménagés, des milliers d’autres demeurent sur le site dans des conditions discutables : la justice et l’Etat ont reconnu que la réglementation en matière de sécurité incendie n’y était plus respectée .

Mais le dossier de l’amiante en France, hélas, dépasse largement le seul cas de Jussieu.

Partant, des dizaines d’entreprises (EDF, la SNCF, les Chantiers de l’Atlantique, Saint-Gobain, etc.) ont été condamnés pour défaut de prévoyance ou faute inexcusable. (…)

Témoin, ces « Folles de Dunkerque », qui, comme les « Folles de la place de Mai » en Argentine, manifestent tous les mercredis en brandissant les portraits de leurs proches décédés de l’amiante.

Si le fléau de l’asbeste est si répandu en France, c’est parce que ce pays, à l’inverse de tous ces voisins, a attendu jusqu’en 1997 pour interdire ce matériau. Des études ont montré qu’un travailleur su trois en moyenne a été exposé à ce produit dangereux au cors de sa carrière, souvent pendant des périodes allant de quinze à vingt ans. Résultat : les maladies liées à l’asbeste sont en explosion. Elles font aujourd’hui entre 2000 et 3000 morts chaque année, et l’on s’attend à ce qu’elles causent entre 5000 et 10 000 décès annuels prochainement. (…)

Et encore s’agit-il d’inspectinos minimales : selon l’insection du travail, les trois quarts des chantiers de désamiantage en cous enfreignent la réglementation en matière de protection des travailleurs. Et compromettent dès lors de nouvelles vies. Un scandale politico-sanitaire d’ampleur donc, sans commune mesure avec celui – pourtant déjà retentissant – du sang contaminé, qui fit 600 morts dans les années 80.

 

20:43 Écrit par justitia&veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.