17/09/2010

Remarques

Verschave François-Xavier, La Françafrique, Le plus long scandale de la République, éd. Stock, 1999

 

 (p.267) Du côté des militaires, l' amiral Antoine Sanguinetti rappelle la persistance dans l'armée française d'une vigoureuse tradition d' extrême-droite, marquée par la colonisation et l'insurrection de l'OAS (Organisation de l' armée secrète) contre l'indépendance de l' Algérie . Elle influe dans la formation des cadres militaires africains francophones (47 000) depuis 1960). Cette chapelle reste en mesure « de contrôler la coopération militaire, et d'occuper, pour le compte de l'Élysée - en l'adaptant à ses propres concepts – une position stratégique sur le continent africain. »

 

Le témoignage suivant n'est pas étranger à l'affaire. Il vient d'un membre repenti du DPS (Département protection-sécurité), le service d' ordre du FN, surnommé la « petite légion "

de Le Pen :

(p.270) « Je vote FN depuis longtemps. Je n'avais pas de boulot. [.../ Comme j'ai servi dans l'armée, on m'a intégré dans un groupe un peu spécial : une équipe légère d'intervention

[.../, 25 types, tous des anciens bérets rouges ou bérets verts, c'est-à-dire anciens paras ou légionnaires. [.../ La  plupart ont participé à des conflits, au Tchad, au Centrafrique ou au Liban. [...] Entre nous, on s'amuse à se surnommer les "Pompiers du Reich" et on se salue par de petits "Sieg Heil!" .»

 

(p.300)  La vieille garde françafricaine est là, ou de retour, avec ses entourages insatiables : le Gabonais Omar Bongo, le Togolais Gnassingbe Eyadéma, le Camerounais Paul Biya, l'Ivoirien Henri Konan-Bédié, le Sénégalais Abdou Diouf, le Mauritanien Maaouya Ould Taya, l'Équato-Guinéen Teodoro Obiang, le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Béninois Mathieu Kerekou, le Malgache Didier Ratsiraka, le Djiboutien Hassan Gouled, le Comorien Mohamed Taki, le Marocain Hassan II, le Tunisien Ali Ben Ali, l'Égyptien Hosni Moubarak. Au coeur du Sahel, lajeune garde des généraux monte au créneau : le Burkinabé Blaise Compaoré, le Nigérien Ibrahim Baré Maïnassara, le Tchadien Idriss Déby. Le Nigérian Sani Abacha est aussi preneur de relations françafricaines, comme l' Angolais Josué Eduardo Dos Santos, le Kényan Daniel Arap Moï, le tandem soudanais Béchir-Tourabi et les généraux algériens, sans parler du Libérien Charles Taylor. On en passe…

 

 

 

 

20:42 Écrit par justitia&veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.